Salon de musique virtuel #1

Vera Desti & Les Mains Libres

Vera Desti
Clément Merienne Piano/harmonium
Pierre-Antoine Despatures Contrebasse
Clémence Baillot d’Estivaux Violoncelle/chant

Les Mains Libres
Hector Léna-Schroll Trompette
Clément Merienne Piano (préparé)/harmonium
Nicolas Zentz Contrebasse

En attendant le festival de septembre, le CIMN vous donne rendez-vous en ligne pour les rendez-vous numériques. Au programme, retransmissions de concerts en live-stream, rediffusions de captations, concerts partagés en duplex, débats et rencontres en ligne, et quelques surprises inédites…
Aujourd’hui : le premier salon de musique des rendez-vous numériques avec deux lauréats de l’appel à projets Les Chantiers 2020 du CIMN, Vera Desti et Les Mains Libres.

17h - Plateau d’artistes & invités - 30’

Conversation avec les artistes invités au salon de musique, lauréats des chantiers 2020. Vera Desti et Les Mains Libres sont deux projets en création, lauréats des Chantiers, appel à projets musicaux du Centre International des Musiques Nomades.

17h30 - Diffusion - "Vera Desti" & "Les Mains Libres" Retransmission en direct du Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas - 2x45’

Vera Desti
Mozart disait vouloir mettre ensemble des notes qui s’aiment. Avec une définition de l’amour mise au goût du jour, c’est ce que font Clémence B. D’estivaux (violoncelle et chant), Pierre-Antoine Despatures (contrebasse) et Clément Merienne (piano préparé et harmonium), les trois musiciens de Vera Desti, amoureux du voyage dans l’espace mais aussi dans l’Histoire. Partant de chansons du patrimoine de l’humanité, thèmes traditionnels ancestraux, ils les développent à la manière de la musique électronique, de façon totalement acoustique, se déplaçant d’un pays à l’autre, d’un siècle au suivant par des procédés musicaux inspirés des technologies actuelles, modelant la matière sonore avec des instruments centenaires.

Les Mains Libres
Evoquant les chants rythmiques d’Afrique de l’Ouest, les chants diphoniques Mongols, ou la musique classique karnatique, mais aussi la culture du clic et du zapping propres à nos sociétés modernes, les Mains Libres font coïncider l’évocation de cultures millénaires et poétisation de l’environnement occidental d’aujourd’hui. Mais loin de suivre des sentiers mille fois rebattus, ils veulent ici éloigner l’auditeur des sonorités et des territoires connus : par des bribes musicales, glanées ici et là et répétées comme des mantras à partir de leur instruments préparés -piano, trompette et contrebasse-, ils fabriquent des instants musicaux comme autant de paysages oniriques propices à la rencontre des imaginaires des musiciens et des auditeurs.